Los Santos Crime Family

Projet LCN sur lschronicles.net


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Life after—before prison

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 Life after—before prison le Dim 18 Juin - 0:14

Rupert Germano

avatar


L'année 2006 est considérée comme l'apogée de la criminalité dans les prisons d'états. Même si presque la moitié des détenus étaient afro-américains (48 % exactement), les latins et les détenus blancs réussissaient de temps à autre à gagner un bout de terrain. Grâce à la guerre des gangs, les détenus survivants étaient en bonnes conditions pour l'après-guerre. Le texte ci-dessous sera divisé en deux parties différentes, la guerre des gangs : une belle alliance et l'après-guerre : l'empire Aryen.
Par nécessité, aucun nom* ne sera mentionné dans ce documentaire écrit. (*sauf le terme Sureño)

La guerre des gangs
*Petit rappel : La guerre des gangs provient de l’alliance des blancs et des latins pour vaincre la majorité noire. De nombreuses victimes sont faites à l'intérieur et à l'extérieur des prisons.  

Il faut savoir que la guerre des gangs n'est pas un combat chaud qui a duré deux nuits. C'est une guerre froide étendue sur plusieurs mois, avec des périodes de combat et des moments de calme. Pendant ces moments de calme, les soldats blancs apprenaient le White Program aux nouveaux détenus blancs, qu'ils le veuillent ou non. Les latins utilisaient le Sureño Program, une forme similaire de techniques d'entretien du corps et de l'esprit. À l'extérieur, les membres qui étaient auparavant incarcérés tentent de rapporter de l'argent pour subvenir au besoin du gang dans la prison. L'argent est généré par les street-gangs ou les cellules selon l'organisation première.
Les périodes de guerres ouvertes en revanche étaient stratégiques, une stratégie digne de chercheurs en la matière.
Par exemple, un membre d'une organisation blanche réussissait à avoir les horaires de travail de tous les gardiens. Le gang s’arrangeait alors pour déclarer la guerre ouverte aux noirs quand les meilleurs gardiens étaient en repos. Déclarer la guerre ouverte c'est attaquer, attaquer un groupe ou une cible. Avec les poings ou avec un surin fabriqué.
Les formes d'attaques sont diverses car elles ont des significations, dans la plupart des organisations. (certaines organisations ne répondent que par la violence sans raison)
Le White Program permettait aux nouveaux arrivants de devenir des associés de l'organisation en peu de temps, en moyenne trois jours. Le nouveau membre suivait les instructions et quand on le jugeait prêt: il passait à l'action, il attaquait un ennemi. Les meilleurs s'en sortaient avec du trou, les moins bons étaient directement tués par l'organisation blanche elle-même. L'important c'était de gagner du terrain, les noirs étaient omniprésent dans les cours de prison.

Les règlements de compte à l'extérieur des prisons étaient aussi fréquemment utilisés. Il arrivait que des détenus meurent le jour de leur sortie, quelques minutes seulement après avoir passé les portes du pénitencier.

L'alliance des latins et des blancs était la bonne stratégie. Ils avaient gagné la guerre sans trop de difficultés. Des pertes mais ça c'était obligatoire, dans toutes les guerres il y a des morts des deux côtés.
En l'espace 8 mois, on comptait alors 16 morts du côté des blancs/latins et 34 morts du côté des afro-américains.
De cette victoire ressortent les négociations, telle prison sera contrôlé par telle organisation. Les afro-américains auront perdu plus de 50 % de leurs affaires après la guerre.

L'après-guerre, l'empire Aryen
Maintenant il fallait construire. Construire est un terme utilisé pour désigner l'investissement dans tel business. Alors on trouvait de nouveau de tout: drogue, travelos pour pas cher, cigarettes, de l'alcool et toutes sortes de conneries interdites à l'intérieur des prisons.
Le White Program continue de recevoir des aspirants mais devient plus strict. Les prétendants seront sélectionnés et seulement les meilleurs deviendront membre. En général, il faudra au moins deux passages en prison pour devenir membre à part entière.

Dehors, les ex-détenus continuent de vivre. Certains créent leurs propres gangs, chez les Sureños notamment. Les organisations blanches auront plutôt tendance à créer des cellules accueillant toutes sortes d'associés ayant été enfermés auparavant. Les activités se diversifient et se développent: cambriolage, vol, racket, prostitution, trafic de drogues et de voitures.
Cette diversité vient du fait que, chez les blancs, il n'y a qu'une minorité qui sont membres de gangs à l'extérieur avant leur entrée en prison. Il y a très peu de street-gangs blancs et les détenus auront tendance à être des solitaires ou des blancs provenant de Motorcycle club, d'organisations indépendantes ou autres.

Dans tous les États on pouvait alors trouver un gang blanc à l'intérieur de la prison locale, et une cellule à l'extérieur. Une cellule de liaison pour ne pas perdre de vue les membres ou associés libérés. Ces cellules étaient dirigées par les leaders de l'organisation blanche première mais via tout un tas d'intermédiaire beaucoup d'associés n'en avaient pas conscience et tombaient dans le piège de la récidive.

Généralement ces cellules étaient créées dans la ville la plus proche de la prison et chaque cellule disposait de plusieurs points de rendez-vous (hangouts), certaines cellules n'avaient pas de dénomination et rien parmi les membres ne pouvait vous laisser penser qu'ils étaient aspirant d'une organisation suprématiste blanche. Rappelons de ce terme est uniquement utilisé pour la culture, de nombreux membres ne sont pas réellement racistes ou néo-nazis.

Aujourd'hui, en 2017, presque tous les membres des organisations suprématistes blanches sont en SHU ou libérés mais sous surveillance. Il reste cependant quelques membres qui passent entre les mailles du filet, le chiffre est évalué à 2 membres survivants pour 50. Divers experts auront tendance à dire que le chiffre est largement sous-estimé et que les organisations suprématistes blanches sont encore bien implantées dans les rouages du système criminel et non-criminel. Certains ex-détenus ayant fait fortune durant la reconstruction de l'organisation auront même investit dans des prêtes-noms politiques.




Dernière édition par Rupert Germano le Dim 18 Juin - 23:15, édité 6 fois

2 Re: Life after—before prison le Dim 18 Juin - 0:21

Rupert Germano

avatar
OOC: Nous interpréterons les associés d'une cellule d'une organisation blanche (nom à découvrir IG) à l'extérieur de la prison.
Pour rejoindre la faction vous devrez faire preuve de maturité et de savoir-faire. Veuillez à respecter toutes les règles du serveur et à avoir un comportement irréprochable.
Le recrutement peut prendre plus ou moins de temps, il est de votre devoir de trouver de la documentation vous même afin d’approfondir le roleplay. Orientez-vous vers des documentaires sur les gangs carcéraux blancs et la dixie mafia pour ne pas être hors sujet. (autrement dit, ne soyez pas un gros nazi, ou allez dans un projet adapté)
Signalez votre approche  et demandez l'autorisation de poster des screenshots en envoyant un mp à yatchharbor ou "compte de midnight"

Cette faction n'est pas un gang.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum